Ce verdict a été rendu par le Tribunal spécial des Nations Unies pour
Liban, basé à Leidschendam (Pays-Bas). Le condamné est un membre
le mouvement radical chiite Hezbollah Salim Ayiah.

Cela peut vous intéresser : Coronavirus : 121 décès en une journée et le nombre de personnes infectées a augmenté de 4397

Le juge David Re, selon l’AFP au nom de la Chambre judiciaire, s’est félicité que
pourrait imposer une peine maximale pour chacune des cinq infractions,
dont Ayia a été accusé. La peine à perpétuité sera condamnée
effectuer simultanément, spécifié Re.

L’ attentat suicide de Hariri a eu lieu le 14 février
2005 dans la partie occidentale de la métropole libanaise de Beyrouth, quand avant
Une charge plantée dans une voiture a explosé dans un hôtel cinq étoiles.

A découvrir également : Plus le père est âgé, moins le bébé sera en bonne santé

En plus de Hariri, 21 personnes sont mortes, 226 personnes ont subi des blessures. Cette
l’attaque a suscité des manifestations massives au Liban.

Rafík Harírí a dirigé le gouvernement libanais pendant presque toute la période de
la fin de la guerre civile qui a détruit le pays en 1975-1990.
Il a pris sa retraite en octobre 2004, depuis lors, dans l’opposition.