Le calepin de Céline

J’ai testé la cure de sève de bouleau : retours et impressions

Il y a plusieurs semaines, je déjeunais en famille quand mon père me tendit un flyer en me disant “j’ai pensé que ça pourrait t’intéresser!”. Et comme souvent, il a vu juste. Ce tract, il parlait d’Alsace, d’arbres, de bienfaits pour la santé, et mettait l’accent sur la sève de bouleau et l’intérêt d’en faire une cure. Du coup, forcément, ça m’a titillé, je me suis renseignée… Et j’ai fini par tester. Je vous propose aujourd’hui de découvrir mes impressions, et mon petit bilan après un mois de cure de sève de bouleau.

Pourquoi cet intérêt soudain pour la sève de bouleau ?

Je n’en ai pas spécialement parlé sur le blog ni même d’une façon générale. En début d’année j’ai eu des gros soucis de santé. Ça m’a littéralement mis sur les rotules, merci les douleurs, la privation de sommeil, le moral en berne et les médocs eux-mêmes. Car oui, même si les médicaments sont parfois nécessaires pour nous aider à aller mieux, leurs nombreux effets peuvent être particulièrement difficiles à supporter.

Pour aider mon corps, mon métabolisme, ma santé à se renforcer, j’ai donc porté un intérêt marqué pour cette fameuse sève de bouleau et ses vertus. Je vous mentirais si je vous disais que je n’étais pas un peu sceptique au début. Mais j’ai suivi les indications scrupuleusement : « de toute manière, c’est naturel, ça peut pas faire grand chose de pire », me répétais-je**.

La sève de bouleau : ma cure

La sève de bouleau, ce n’est pas vraiment quelque chose de nouveau : elle est en effet connue depuis le 12ème siècle, principalement pour ses vertus detox, dépuratives et revitalisantes. Le tract me la vendait surtout comme étant le remède génial voire miracle pour les problèmes de peau et soucis de rhumatisme. Forcément, sur le papier, et au regard de ma situation, ça m’a clairement vendu du rêve. J’ai donc poussé l’expérience au bout, et je me suis faite cobaye (ça va, a priori, je ne risquais pas grand chose).

Pour être tout à fait honnête, j’ai peut-être commencé un peu trop tôt cette cure de sève: car, pressée d’aller mieux, et dans une hâte de trouver des alternatives à tous ces médocs, j’ai commencé la cure alors que j’étais encore sous traitement. Autant dire qu’au début, les effets, je ne les ai absolument pas sentis.

La sève que j’ai choisie, c’est simple, on en fait difficilement de plus pure et « fraîche », puisqu’elle a été récoltée dans la forêt à côté de chez moi juste quelques jours avant que je ne commence à la consommer. En effet, même si le tract me semblait très intéressant, j’ai préféré la jouer 100% local.

C’est mon papa qui est allé la récolter, accompagné d’un connaisseur en la matière. Ça m’avait d’ailleurs bien fait rire, car il l’avait stockée dans une bouteille de cognac. Cette sève, donc, est 100% pure. Je l’ai conservée au réfrigérateur, et j’ai bu 1/3 de verre de sève tous les matins, à température ambiante, environ une heure avant le petit déjeuner. Et 1/3 le midi. Et le soir, en général, je zappais le dernier tiers. Et sur la fin, je zappais souvent le midi aussi. Du coup je prenais le verre entier uniquement le matin. Ce que j’ai constaté, avec diminution des médocs en parallèle (environ 15 jours après le début de la cure) : clairement l’état de ma peau s’est amélioré, de même que l’état de mon appareil digestif, et, globalement, je dirais que j’étais plus en forme, je n’avais plus de perte de vitalité en début d’après-midi. L’état de ma peau s’est assez rapidement amélioré, et je me suis sentie vite mieux. J’essaie cependant de prendre un peu de recul, car cette cure de bouleau est couplée à une routine de soin particulière (soin de la peau, alimentation, activité). Du coup, oui je pense que ça marche, qu’elle a des effets positifs, mais je pense surtout que c’est le mix de tout ça qui a fait des miracles.

Quelques astuces concernant la cure / la sève de bouleau

C’est ma première expérience, j’ai donc un recul tout relatif, cependant, voilà mes quelques petites astuces concernant la cure / la sève de bouleau :

  • Je vous invite à choisir une sève Made In France (tant qu’à faire, autant encourager le local) et surtout une sève non modifiée d’une quelconque façon, pure et naturelle, et bio, soit le produit à l’état brut.
  • Ça m’a paru très bizarre quand je l’ai reçue, je me rappelle n’avoir pas osé en parler tout de suite de peur de vexer mon petit papa, mais je croyais qu’il s’était trompé et m’avait mis de l’eau dans la bouteille de cognac. La sève de bouleau est transparente, elle a plus ou moins la même consistance que l’eau, elle n’a absolument aucun goût. Au fur et à mesure des jours, elle commence à fermenter : des petites particules commencent alors à apparaître, et un léger goût de noisette citronnée/moutardée commence à poindre. Il faut éviter, autant que possible, de filtrer ces particules, elles sont naturelles et efficaces.
  • Il est préférable de conserver la sève au frigo, et de sortir environ 150-200 ml la veille, ses effets sont meilleurs si elle est consommée à température ambiante. Si vous récoltez vous-même la sève, conservez-la dans une bouteille avec un bouchon en liège / qui peut sauter. La fermentation créée des gazs qui créent de la pression qui peuvent faire péter le bouchon dans votre réfrigérateur, et tout casser.
  • **Il existe des contre-indications à la cure, notamment en cas de problèmes de coeur et de tension artérielle. Si vous avez le moindre doute, avant de vous lancer, renseignez-vous, et parlez-en d’abord à votre médecin. A titre personnel, avant de me lancer, j’ai eu le feu vert du côté médical de la chose. Par ailleurs, il est à noter que les effets sont différents selon chacun, et selon le mode de vie et le mode alimentaire de chaque personne.

Voilà pour mon expérience de cure de sève de bouleau. Est-ce que je re-tenterai l’expérience ? Je pense, oui. Mais au printemps prochain du coup, la sève de bouleau se récoltant et se consommant au début du printemps. C’est naturel, je n’ai pas de contre indication médicale (pourvu que ça dure), et j’ai ressenti à titre personnel des effets sur mon état de santé général. Un bilan plutôt positif, donc. Vous connaissiez la cure de sève de bouleau ? Avez-vous testé une autre méthode/cure 100% naturelle ?

Pinterest

25.Pinterest_Cure de sève de bouleau #birchsap #birch #bouleau #cure - Le calepin de Céline

Partager sur les réseaux
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Pin on Pinterest
Pinterest
0Share on Google+
Google+
0